« Le dialogue entre littérature et psychanalyse a plus d’un siècle. Le plus étonnant dans cette affaire est qu’il n’appartient pas encore au passé. En un sens, il est aussi jeune que lorsqu’il a commencé. ... Le dialogue entre J.M. Coetzee et Arabella Kurtz en témoigne magnifiquement aujourd’hui. Il démontre que les plus grandes questions ne cessent jamais de se poser et qu’elles peuvent être abordées avec ingénuité et une perplexité assumées qui confèrent à une telle conversation un tour préservé, de part et d’autre, de toute forme d’arrogance dogmatique. »

Philippe Forest



Qu’est-ce qui est vrai dans le récit ? Où se situe la frontière entre ce qui s’est passé réellement et ce qu’en transmet le narrateur ? Au cours d’un échange passionnant, l’écrivain sud-africain J.M. Coetzee, Prix Nobel de littérature, et la psychanalyste anglaise Arabella Kurtz abordent la question de la vérité et de la fiction, touchant à des interrogations essentielles, telles que l’élaboration du récit de vie, le souvenir, la subjectivité, l’importance du rapport avec l’autre dans la constitution de soi, le dialogue, l’illusion, la fabrication de l’histoire collective.

Extrait :

J.M. Coetzee, Arabella Kurtz, La Vérité du récit, préface de Philippe Forest, Albin Michel, 2016.

publié par Isabelle Grell