Michaël Prazan, La Passeuse, Grasset, oct. 2017

942, quai de la gare des Aubrais : Bernard Prazan, 7 ans, serre fort la main de Thérèse Léopold qu’il doit appeler Tata mais qu’il connaît à peine. Quelques heures plus tôt, sa véritable tante les a confiés, lui et sa sœur, à cette inconnue pour qu’elle les fasse passer en zone libre. Mais au moment de quitter la gare, l’enfant comprend au regard de la passeuse qu’elle va les livrer aux Allemands. Pourtant, elle se ravise et les sauve. Dénoncée à son tour pour ce geste héroïque, elle sera déportée à Auschwitz-Birkenau, Mauthausen puis Ravensbrück. Elle en reviendra. De son vivant, Bernard a toujours affirmé à ses enfants qu’elle travaillait pour la Gestapo. Qui était-elle vraiment ? Une collabo repentie ou une Juste ignorée ? Pour connaître la vérité, Michaël Prazan s’est lancé dans la grande enquête de sa vie : celle de ses origines. Mêlant l’histoire de son père, enfant caché et homme taiseux, et celle de la passeuse qu’il a retrouvée et interrogée, il livre le récit bouleversant d’une famille persécutée et d’un sauvetage énigmatique. Car l’Histoire n’est pas peuplée que de héros ou de salauds. On le voudrait parfois. Les choses seraient plus simples.

Lire un extrait: http://liseuse-hachette.fr/file/438...!/4/1:0)|http://liseuse-hachette.fr/file/43844?fullscreen=1#epubcfi(/6/2html-cover-page!/4/1:0)]

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-12-juin-2017

https://www.youtube.com/watch?v=1UG0eEUE_AY

publié par Isabelle Grell