Chloé Delaume entre dans ce monde le 13 mars 1973. Ce nom est un pseudonyme, emprunté à l'héroïne du roman L'Écume des jours de Boris Vian. Le patronyme Delaume provient de l'ouvrage d'Antonin Artaud, L'Arve et l'Aume. Le nom choisi remplacera son nom inscrit sur l'Etat ciil, "Nathalie, Anne, Hanné, Suzanne Dalain", "fille de Soazick et d'on ne sait pas bien qui". (Cf. Dans ma maison sous terre, Seuil, 2009, p. 201) Nathalie est morte en 1999. Et Chloé (sur)vivra.

Elle passe son enfance à Beyrouth. En 1983 se déroule à Paris le drame familial qui hantera toute son œuvre : alors qu'elle n'a que 10 ans, l'homme qui l'a éduquée et qu'elle croyait être son père tue sa mère devant ses yeux puis se suicide. Elle racontera ce drame dans Le Cri du Sablier. Les années suivantes, la jeune fille, orpheline détruite par la vie, restera chez ses grands-parents puis chez son oncle et sa tante. En 2002, âgée de 29 ans, elle apprendra que sa vie, sa psychose s'est bâtie sur un mensonge pervers: son père n'était pas son père.
image-chloe.jpg
Dans sa nouvelle autofiction Dans ma maison sous terre, Chloé Delaume se cogne contre ce mensonge et se venge en aspirant à tuer sa grand-mère par ce livre. Finalement, elle tuera son patronyme, Nathalie. Et elle coupera ses liens avec sa famille, officiellement, dans le dernier chapitre CONDOLEANCES de Ma Maison sous la terre.
" Je ne vous souhaite rien, et vous dis à jamais." (p. 205)

Voulant jadis devenir professeur comme sa mère, mais déçue par le système universitaire, Nathalie (Chloé) elle quitte la faculté et se met à écrire en travaillant dans des bars à hôtesses, expérience racontée dans son premier roman publié chez Farrago/Léo Scheer : Les Mouflettes d'Atropos. Elle collabore ensuite un temps sous son vrai nom à la revue littéraire Le matricule des anges, anime la revue littéraire EvidenZ avec d'autres écrivains dont Adrian Smith et Mehdi Belhaj Kacem qui deviendra son mari jusqu'en 2002. Cloé Delaume racontera leur histoire d'amour dans Les Mouflettes d'Atropos. Entre janvier 2005 et juin 2007, Chloé Delaume gère le forum de l'émission Arrêt sur images de Daniel Schneidermann et rend compte des critiques et remarques qui y sont écrites une fois par mois sur le plateau de l'émission. Elle participe également à l'écriture de pièces radiophoniques pour France Culture.

En participant aux comités de lecture de diverses maisons d'édition, la jeune auteur contribue à faire publier d'autres écrivains de sa génération.

Le Cri du sablier, paru chez Farrago, lui a valu le Prix Décembre en 2001. L'autofiction, la technologie, le bio-pouvoir, le jeu et les enjeux de la littérature sont des thématiques récurrentes dans son œuvre. Fan du groupe de rock français Indochine, suite à une commande des éditions Naïve, elle leur consacre en 2007 un bref roman et a écrit des chansons pour le nouveau disque de 2009. Elle a aussi publié en 2007 un livre-jeu, La nuit je suis Buffy Summers, se basant sur l'univers de la série télé Buffy contre les vampires.

Bibliographie

Les Mouflettes d’Atropos, Éditions Farrago, 2000

Mes week-ends sont pires que les vôtres, Éditions du Néant, 2001
Le Cri du sablier, Éditions farrago/Léo Scheer, 2001
La Vanité des Somnambules, Éditions Farrago/Léo Scheer, 2003
Monologue pour épluchures d’Atrides, Éditions du C.I.P.M., 2003
Corpus Simsi, Éditions Léo Scheer, 2003
Certainement pas, Éditions Verticales, 2004
Les Juins ont tous la même peau, Éditions La Chasse au Snark, 2005
J'habite dans la télévision, Éditions Verticales, 2006
Chanson de geste & opinions, Mac/Val, 2007
La dernière fille avant la guerre, Naïve Sessions, 2007
La nuit je suis Buffy Summers, è®e, 2007
Transhumances, è®e, 2007 (Pièce de théâtre)
Dans ma maison sous terre, Seuil (collection Fiction & cie), 2009
Eden matin midi et soir, illustrations de François Alary, éditions Joca Seria, 2009, 45 p.
Une femme avec personne dedans, Seuil, (collection Fiction & cie), 2011
Où le sang nous appelle, avec Daniel Schneidermann, Seuil, coll. « Fiction & cie », 2013, (ISBN 978-2021084696)

Les Sorcières de la République, Seuil, 2016

Voir http://www.chloedelaume.net/publications/index.php

http://www.chloedelaume.net/bio/index.php